Pourquoi et comment sauvegarder un site WordPress ? Bien souvent négligée, et pourtant, c’est indispensable pour la pérennité de son site. En effet, on se dit que ce n’est pas important ou sans plus. Que l’on peut la remettre à plus tard. Sauf qu’à un moment ou à un autre, votre site peut ne plus fonctionner.

Pourquoi une ou plusieurs sauvegardes sont importantes ?

Sauvegarder, son ou ces sites, permet de le ou les récupérer en cas de soucis. Une mise à jour qui ne s’effectue pas correctement, une erreur technique de son hébergeur, le piratage de son site… et pouf plus de site.

S’investir pendant des années, pour voir son site partir après tant d’effort, est rageant. En effet, compter sur la chance de passer entre les mailles du filet, n’est pas viable sur le long terme. Il faut bien garder à l’esprit que cette situation est inévitable. Tout le monde se souvient de l’incendie qu’a subi l’hébergeur OVH au mois de mars 2021.

Le jour où cela vous arrive vous resterez serein, avec l’une des sauvegardes à restaurer. Tout au plus vous ne perdez que quelques jours suivant la périodicité mise en place : tous les jours, une fois par semaine, etc.

Quand, combien et fréquence des sauvegardes ?

Si vous avez bien suivi la lecture des paragraphes précédents. Vous s’avez maintenant qu’une sauvegarde s’effectue en amont pour se prémunir et ne pas se retrouver sans aucune issue de secours.

Il en existe deux types : la manuelle et de façon automatisée.

      • Quand ?

En effet, ce n’est pas forcément la priorité numéro une, surtout pour un novice en la matière. On se focalise principalement sur la création, choix du thème, de la mise place des diverses extensions, etc. Alors que cela ne devrait être le point à ne surtout pas négliger.

Un bon système de sauvegarde se pense et se définit une fois la création et la mise en place du site effectué. Cela comprend comment et l’endroit où elle sera stockée.

Elle est également recommandée, avant toutes modifications profondes, comme la mise à jour majeure de WordPress ou d’extensions, du paramétrage important appliqué à un site, etc.

      • Combien de sauvegardes et à quelle fréquence sauvegarder ?

          • Fréquence des sauvegardes

La réponse à cette question n’est pas simple. Elle dépend avant tout du type de site que vous possédez. Il existe plusieurs cas :

Un site one page, pour donner de la visibilité à son entreprise n’a pas les mêmes exigences qu’un blog amené à évoluer régulièrement.

Dans le cas du site one page, effectuer une sauvegarde de temps à autre, est largement suffisant, sauf si on vous contacte régulièrement via un formulaire de contact (entrées dans la base de données). On peut aussi se contenter d’une unique sauvegarde, suivant le profil du site, que l’on renouvellera avant toutes mises à jour importantes.

Si pour un site sur une seule page, une sauvegarde suffit. En revanche pour un blog ou tous sites ayant des mises à jour régulières de la base de données (articles, commentaires…), il est recommandé d’effectuer une sauvegarde quotidienne. En procédant de la sorte, on ne va perdre, tout au plus une journée, celle du jour en cours, voir que quelques heures selon l’heure paramétrée. 

        • Nombre de sauvegardes

Une seule réponse possible, au minimum 2 au cas où la dernière sauvegarde ne serai pas fonctionnelle. Ce qui peut toujours arriver. Dans l’idéal, je vous recommande une troisième sauvegarde pour plus de sécurité.

En résumé, plus la basse de données d’un site est amenée à évoluer régulièrement, plus la fréquence des sauvegardes sera rapprochée. Afin de sécuriser au mieux, un minimum de trois sauvegardes stocker sur un serveur distant est recommandé.

Comment sauvegarder votre site WordPress ?

      • Types de sauvegardes

Pour cela, on a plusieurs méthodes à sa disposition, via son hébergeur, via le protocole FTP, et enfin à l’aide d’une extension.

Le premier moyen, est de vérifier que son hébergeur propose bien un outil permettant d’effectuer une sauvegarde intégrale de votre site. Ce qui comprend WordPress, les extensions, les thèmes, téléversements (photos et autres) et surtout la base de données (vos pages et articles, les commentaires…).

Le deuxième moyen, est d’utiliser le protocole FTP ou le SFTP via un logiciel dédié comme FileZilla. L’adresse pour y accéder, vous a normalement été donnée lors de la souscription par votre hébergeur avec identifiant et mot de passe. Cette méthode est bien pratique quand l’hébergeur choisi ne vous propose aucune possibilité de sauvegardes. Ce qui n’est pas très sérieux de leur part. Je vous conseille de bien vérifier, avant la souscription, qu’il propose bien des outils de sauvegardes manuelles et automatisées.

La dernière méthode, que je recommande en priorité, est d’utiliser une extension spécifique à la gestion des sauvegardes. Il en existe plusieurs. Celle que j’ai choisi de vous présenter, est la plus populaire et se nomme UpdraftPlus. + de 3 millions d’Installations actives au moment de l’écriture de cet article. C’est également celle que j’utilise. L’avantage de cette méthode, c’est son accessibilité aux néophytes, comparée aux solutions précédentes.

        • Sauvegarder à l’aide de l’extension UpdraftPlus

Le but, ici, est de vous présenter rapidement comment paramétrer la sauvegarde, sans entrer dans les détails. UpdraftPlus propose une version gratuite et premium pour débloquer toutes les possibilités proposées. Sachez que la version gratuite ne permet pas de sauvegarder le core WordPress. C’est-à-dire, tous les fichiers de WordPress.

Si vous n’êtes pas coutumier sur la gestion des extensions de WordPress, je vous recommande cet article que j’avais rédigé à ce sujet. Si vous débutez, cet autre article peut vous aider à appréhender WordPress.

Une fois installé, il faut se rendre dans Réglages > Sauvegardes UpdraftPlus

L’onglet « Sauvegardes/restaurer » sert à la gestion des sauvegardes.

1. Pour effectuer une sauvegarde manuelle selon plusieurs options à cocher. La dernière de ces options permet d’outrepasser la limite du nombre paramétré afin qu’elle ne soit pas supprimée.

2. Gestion des sauvegardes automatique : suppression,  télécharger l’une des données sauvegardées en copie locale ou les restaurer.

1. C’est dans l’onglet Réglages que se trouve la planification pour les fichiers et des bases de données, ainsi que le nombre de sauvegardes à garder.

2. Est le lieu du stockage distant où vos sauvegardes seront envoyées. La version gratuite ne permet qu’un choix limité. Pour ma part, j’ai choisi Google Drive.

Toujours dans ce même onglet on retrouve tous les éléments que l’on souhaite inclure, Extensions, Thèmes, Téléversements, ainsi que les dossiers à exclure.

        • Sauvegarder via le protocole FTP (FileZilla)

L’autre moyen pour sauvegarder son site est d’utiliser le protocole FTP ou SFTP à l’aide d’in logiciel comme FileZilla. Vous pouvez le télécharger sur le site de clubic pour ne pas rencontrer de problème d’installation. Le fichier que l’on récupère sur le site officiel est bloqué par Windows Defender à cause d’un indésirable inclus dans l’installateur. Celui proposé par clubic est propre.

l’inconvénient, outre son accessibilité pas des plus simples, est en quelque sorte l’indisponibilité d’édition de votre site. En effet, suivant votre connexion Internet, du poids du site, cela peut durer de longues heures qui vous bloqueront le temps de la procédure où vous ne pouvez plus éditer votre site (création d’une page, éditions d’un article du blog…). Il est donc préférable de bien choisir le moment adéquat.

FileZilla via clubic

Une fois installé et ouvert, il est nécessaire de le paramétrer pour éviter de resaisir les informations de connexions à l’ouverture de celui-ci.

Pour ce faire, menu Fichier > Gestionnaire de Sites…

Comme le SFTP n’est pas encore activé par défaut sur tous les hébergeurs, on va se concentrer sur le FTP. C’est ici que vous allez configurer l’accès au FTP du site. Référez-vous à la capture d’écran. Avant de saisir les informations de connexion, vous devez créer un « Nouveau Site« , en bas à gauche, et le nommer.

      • Protocole : FTP – Protocole de Transfert de Fichiers
  •  
      • Hôte : est l’adresse de votre serveur FTP
  •  
      • Port : ne rien mettre, sauf si votre hébergeur n’utilise pas le port 21 par défaut.
  •  
      • Chiffrement : à paramétrer si besoin. En FTP, laisser par défaut « Connexion FTP explicite sur TLS si disponible. Si vous rencontrez des erreurs de connexion, il sera malheureusement nécessaire de le modifier en « Connexion simple (non sécurisé) ». Ces erreurs sont inscrites en rouge, dans la zone rectangulaire en haut. Évidemment, à utiliser en dernier recours, car toutes vos données sont envoyées en claires, y compris l’adresse du serveur, de l’identifiant et du mot de passe.
  •  
      • Type d’authentification : « Demander le mot de passe » pour ne pas compromettre votre site.
  •  
      • Identifiant : facile à deviner.
      •  

Toutes ces informations vous ont été normalement fourni par l’hébergeur lors de la création du site. Il ne vous reste plus qu’à appuyer sur le bouton Connexion.

Renseigner le mot de passe et laisser cocher la case option, pour que le mot de passe ne soit pas retenu jusqu’à la fermeture du Programme. Pensez bien à le fermer une fois l’opération terminée. En effet, si vous la décochez, FileZilla vous le demandera systématiquement quand c’est nécessaire. À vous de voir.

Son interface se compose de deux colonnes. Celle de droite, à ne surtout pas modifier, est le serveur distant sur lequel votre site est stocké. Quant à la colonne de gauche représente l’arborescence de l’un de vos périphériques de stockage que vous allez choisir.

Votre site se trouve généralement dans le répertoire public_html ou www, en fonction de  votre hébergeur. Dans le doute renseignez-vous auprès de votre hébergeur (doc, forums, service support, etc).

Il vous suffit dans la colonne de gauche de créer un nouveau dossier, puis de cliquer déposer le dossier contenant votre site, colonne de droite, vers le dossier nouvellement créé, colonne de gauche.

À la fin de la procédure, vous avez récupéré l’entièreté de votre site sur votre ordinateur. Pensez à vérifier le statut et en cas d’erreurs inscrites en rouge, on recommence l’opération. Zone rectangulaire en haut.

        • La Sauvegarde via son hébergeur

Suivant son hébergeur on aura forcément des outils dédiés à la gestion des sauvegardes. Pour ma part, mon hébergeur propose JetBackup + la possibilité de sauvegarde manuelle que je peux créer à volonté. Comme tous les hébergeurs sont différents, le plus simple est encore de parcourir le support, de se renseigner à l’aide d’un moteur de recherche ou de contacter l’assistance qui sera à même de vous aiguiller.

Conclusion

Maintenant vous avez toutes les cartes en mains pour sauvegarder et restaurer votre site en cas de problème. Pour ce faire vous avez plusieurs possibilités : via votre hébergeur, via FTP ou encore à l’aide d’une extension comme UpdraftPlus.

Un questionnement sur le sujet ?

Un point vous a échappé ou souhaitez tout simplement donner votre avis, discuter entre vous. La zone des commentaires est le bon endroit.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires