Comment bien gérer les extensions WordPress ? Comme vous le savez, WordPress, sans ses innombrables extensions, ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui. Elles permettent l’apport de nouvelles fonctionnalités à votre site Web, que ne propose pas WordPress par défaut.

Installer des extensions est génial pour améliorer l’expérience de vos lecteurs. Pour toucher une audience plus large, se faciliter la vie, augmenter la sécurité, etc.

Avant d’aller dans le vif du sujet

Pour commencer, je vous propose l’article sur WordPress, écrit précédemment. Il vous permettra d’en apprend plus sur son histoire, ses spécificités, etc.

WordPress, le CMS le plus populaire

Une extension, c’est quoi ?

Parler d’extensions, sans en expliquer ce que c’est, n’est pas pertinent. Pour comprendre ce qu’est une extension, on peut comparer WordPress à Windows. Une extension est au même titre qu’un programme que l’on installe sur Windows : Office, Photoshop, un antivirus, un jeu vidéo, etc.

Comme tous logiciels que l’on ajoute, il y a les bons élèves et celles qu’il ne faut surtout pas installer. Mais ce n’est pas la seule manière de les appréhender. Notre façon de les gérer est tout aussi important. C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Symbolisation des extensions WordPress

Bien gérer les extensions WordPress

      • Bien choisir ses extensions

Une extension ne se choisit pas seulement en fonction de ses besoins. Vu qu’elle va être présente et cohabiter de très longues années avec les versions à venir de WordPress, de PHP et les autres extensions, son choix ne se fait donc pas à la légère.

En effet, il y a plusieurs points importants à prendre en considération. Les plus importants sont, le nombre de téléchargements, le nombre d’installations actif (sa popularité), la fréquence des mises à jour, sa compatibilité, ainsi que son support.

      • Comment récupérer et installer une extension ?

Il existe plusieurs moyens de se procurer des extensions.

    • La première manière, est de se rendre dans son Tableau de bord WordPress, section Extensions, puis Ajouter.

1 : la zone de recherche, il est préférable de saisir les mots-clés en anglais. Immédiatement, une liste d’extensions vous sera proposée.

Comme je l’ai précisé précédemment, certains éléments sont à prendre en compte. Mais comment les vérifier ? Très simplement, en se référant sur le descriptif de l’extension présente dans la liste. On y retrouve :

      • Sa notation, qui doit être la plus élevée.
      • Date de la dernière mise à jour. Si elle date de plusieurs mois (au moins 6) ou années, ce n’est pas bon signe. À éviter dans la mesure du possible, car il y a un risque qu’un jour au l’autre votre site se fasse pirater à cause des failles de sécurité.
      • Le nombre d’installations actives. Plus ce nombre est élevé, plus elle est populaire. Se focaliser uniquement sur sa popularité n’est pas forcément pertinent suivant le sujet. Certaines extensions ont peu d’installation et portant, ont un excellent suivit. Cas typique d’extension de forum.
      • Pour terminer, sa compatibilité avec la version de WordPress et PHP installé pour votre site.

 

Pour en apprendre plus sur l’extension, vous pouvez cliquer sur « Plus de détails« , afin d’obtenir sa page complète. Elle regroupe le descriptif, des captures d’écran, les modifications de la dernière mise à jour, etc.

2 : Cliquer sur l’un des boutons « Installer maintenant« , comme le montrent les deux captures précédentes. Une fois l’extension installée, vont se modifier en Activer. Sans son activation, l’extension restera inactive. C’est en quelque sorte le bouton magique qui sert à toutes actions que l’on souhaite réaliser. De plus, il permet également de mettre à jour l’extension, si celle-ci en reçoit une.

Parfois, lors de l’activation, l’extension vous demandera de lier ou de créer un compte. Pas d’inquiétude à avoir. Il suffit de renseigner l’adresse mail qui vous a servi lors de la création du site, afin de recevoir une clé d’API à renseigner dans l’interface de celle-ci. Cette procédure peut également s’effectuer de manière automatique.

    • La seconde, consiste à se rendre sur le site WordPress.org, rubrique Extension se trouvant dans la barre de menu. Comme précédemment, la zone de recherche est votre meilleure amie. Cette procédure permet de télécharger un fichier Zip qui servira à son installation.

WordPress.org

    • Une fois récupérée, retour dans le Tableau de bord > rubrique Extensions > cliquer sur Ajouter > bouton Téléverser une extension, que l’on retrouve en haut à gauche de cette page.

Ce qui va vous proposer de sélectionner le fichier Zip précédemment téléchargé. Si rien n’est présent à l’écran, il vous suffit de Scroller (faire défiler la page), jusqu’à ce que vous voyiez cette boîte de dialogue d’installation.

Pour finir, bouton Parcourir, afin de sélectionner le fichier Zip, puis cliquer sur Installer maintenant et Activer, une fois installation effectuée.

    • La dernière méthode, consiste à se rendre sur le site l’extension, Afin de suivre les instructions qui vous sont proposées, comme l’obligation de s’enregistrer pour pouvoir télécharger l’archive. En effet, certaines extensions auront besoins d’être liées à votre site. C’est notamment le cas d’extensions premium ou ayant recours à certaines autorisations. Jetpack est le parfait exemple, qui vous demandera de lier votre site à celui de WordPress.com.

Mette à jour les extensions WordPress

Pour garantir la pérennité de son site web, il est primordial de les mettre à jour. Il en va de la correction de bogues et surtout, le plus important, les failles de sécurité, de l’optimisation, d’ajout de fonctionnalités, de sa compatibilité. Comme sur Windows en somme.

      • Comment les mettre à jour ?

Il existe plusieurs moyens pour mettre à jour ses extensions. Lorsque qu’une ou plusieurs mises à jour sont disponibles, elles sont signalées par un rond rouge et chiffre blanc indiquant le nombre d’extensions, de thèmes… concernés.

        • Depuis la catégorie Tableau de bord

Le premier accès consiste à se rendre dans Tableau de bord > Mises à jour. Cette page va lister toutes vos mises à jour à effectuer. Elle est catégorisée en trois sections : WordPress, Extensions et thèmes. Cependant, cette liste de catégories n’est pas figée et diffère notamment en cas d’utilisation d’une extension de traduction ou autres.

La première catégorie, se trouvant sur cette page, permet de gérer les mises à jour automatiques de WordPress (nouvelle version, par défaut ou versions de maintenance et de sécurité). Vous avez également la possibilité de réinstaller la dernière version stable en cas de problème.

Bien que minime, le risque zéro n’existant pas, il est recommandé d’activer le mode de mises à jour automatiques, seulement pour les versions de maintenance et de sécurité. C’est à vous de décider, si une nouvelle version majeure peut être installée sans risque pour votre site.

Bien que présente, ce n’est pas le propos de cet article, qui est bien celui de la gestion des extensions.

La seconde catégorie est justement prévue pour mettre à jour toutes vos extensions, après vérification de ce qu’elles apportent en termes de corrections. En revanche, pour les non anglophones, il vous sera inévitable de passer par un traducteur pour en saisir son contenu. Il vous suffit ensuite de sélectionner, la ou les extensions à mettre à jour, puis cliquer sur bouton prévu à cet effet, que l’on retrouve au-dessus de la liste.

La dernière rubrique, que je vais vous présenter rapidement, permet la mise à jour du thème (bogues, failles de sécurité, optimisation et nouvelles fonctionnalités).

        • Depuis la catégorie Extensions : la gestion complète

Si la méthode précédemment décrite est parfaitement fonctionnelle, elle ne permet pas la gestion complète de vos extensions. En plus de la mise à jour, il est possible d’accéder aux réglages, de les activer/désactiver, de passer à la version pro, si vous avez besoin de plus de fonctionnalités, comme Elementor, visible sur la capture d’écran.

Cette page est très visuelle et montre en bleu, les extensions activées, en blanc, celles désactivées. Les mises à jour sont quant à elles notifiées en jaune.

1 : cette ligne permet d’afficher les détails de la dernière version proposée, de mettre à jour l’extension. De plus, c’est par ce biais que vous serez notifié des éventuels problèmes d’incompatibilités entre extensions.

En effet, au moment où j’écris cet article, l’extension Elementor a reçu une mise à niveau vers une nouvelle version majeure. Elementor m’a averti qu’il y a un risque d’incompatibilité entre trois de mes extensions, HT Mega – Absolute Addons for Elementor Page Builder, Card Elementor for Elementor, Flexible Elementor panel et me conseille d’effectuer une sauvegarde de mon site.

2 : le menu déroulant « Actions groupées » permet d’appliquer l’action que vous souhaiter réaliser, une fois votre sélection effectuée à l’aide des petites cases à cocher se trouvant devant chaque extension.

Dans ce menu, on y retrouve plusieurs possibilités : Activer, Désactiver, Mettre à jour, supprimer, Activer les mises à jour auto, ainsi que de les désactiver.

3 : lien d’activation ou de désactivation des mises à jour automatiques de l’extension.

Désactiver ou supprimer une extension ?

En voici une question pertinente. Désactiver ou supprimer ? Il n’y a qu’une seule réponse possible, la suppression.

Si vous décidez de ne plus utiliser une extension, il est indispensable de la désinstaller afin d’éviter tous risques de piratage. Car oui, une extension désactivée est toujours présente, mais non actif. Il est donc tout à fait possible qu’une personne malveillante passe par celle-ci pour pénétrer votre site.

Bien sûr, il vous est possible de la désactiver, pour un temps limité, si vous rencontrez une incompatibilité, qu’une alerte de sécurité a été remonté… Son avantage est de ne pas à voir à la reconfigurer, comme on le fait après une installation.

Nombre d’extensions à installer ?

Ce n’est jamais facile de répondre à cette question, car il y a bien des sites qui ont peu d’extensions installées et d’autres, une quantité astronomique et fonctionne rapidement. Il est vrai qu’un site ayant énormément d’extensions installées sera en théorie bien plus lent à charger, que ceux qui en comportent peu. Mais alors, 10, 15, 40, 50… ?

Pour ce faire, le minimum est celui qui vous est nécessaire pour vos besoins. Sans pour autant oublier celles qui sont indispensables : extension de sécurité, de mise en cache et de contact. Sans oublier le détesté bandeau GDPR ou RGPD pour être en règle avec la loi Française ou Européenne sur la gestion des cookies et des données utilisateurs.

Finalement, ce problème du nombre n’en est pas un. Du moment que l’hébergeur ou l’offre choisi, propose des serveurs suffisamment performants. De plus, il est aussi vivement conseillé de mettre en cache votre site à l’aide d’une extension de mise en cache, comme W3 Total Cache, WP rocket… Son rôle est d’optimiser toutes vos pages (code HTML, photos…), afin qu’un visiteur n’attende pas de longues secondes avant son affichage complet.

Conclusion

Vous voici arrivé à la fin de ce long article, qui vous a permis d’apprendre comment bien les choisir, les installer, les mettre mises à jour, ainsi que du nombre d’extensions à installer…

Un questionnement sur le sujet ?

Un point vous a échappé ou souhaitez tout simplement donner votre avis, la zone des commentaires est le bon endroit.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires